top of page

2014-2021 : Bilan de mon action sur le handicap en Belgique

Bilan de mon action en faveur de nos compatriotes en situation de handicap en Belgique (Cécilia Gondard


Suivi de la situation par les élus et information de nos concitoyens :

Dès 2014, je me suis interrogée sur ce que nous pouvions faire, en tant qu’élus consulaires, pour les personnes en situation de handicap en Belgique. Élue conseillère des Français de l’Etranger le 25 mai 2014, je suis devenue vice-présidente du conseil consulaire à la fin de cette année-là et jusqu’en 2018. Le Conseil consulaire a un rôle consultatif – il peut traiter de tous les sujets qui touchent les Français de la circonscription. La Vice-présidente du Conseil dispose de peu de pouvoirs en dehors de la possibilité d’influencer l’ordre du jour des conseils consulaires. J’ai donc usé de cette compétence pour demander dès 2015 de mettre à l’ordre du jour la question de la prise en charge des personnes en situation de handicap en Belgique. Ceci a été fait lors du Conseil Consulaire de janvier 2016. Il apparaissait alors que des progrès importants avaient été observés, concernant le recensement des Français en situation de handicap en Belgique, mais également la multiplication des inspections conjointes et conventionnements. En Janvier 2017, j’ai demandé à ce que nous soyons informés en conseil consulaire de l’évolution de la situation. J’ai quitté la vice-présidence du Conseil Consulaire en 2018, pour éviter un cumul de mandats. Je regrette que la question du handicap n’ait plus été mise à l’ordre du jour d’aucun conseil consulaire en 2019. Il est pourtant important d’effectuer un suivi. Enfin, lorsque nous avons réussi à avoir des informations sur les questions liées au handicap, je les ai partagées et j’ai informé les Français en toute transparence à travers mes lettres d’information et mon blog, en particulier lorsque la crise de la Covid à affecté la circulation des familles entre la France et la Belgique.

C’est pourquoi nous proposons dorénavant que les élus des Français de l’Etranger soient plus impliqués, notamment à travers un conseil consulaire annuel dédié aux Français en situation de handicap, où seraient invités les représentants des associations et des autorités belges et françaises compétentes, afin de faire le point sur la mise en œuvre de l’accord et sur les besoins et moyens nécessaires.


Interpeller le gouvernement à travers l’AFE (Assemblée des Français de l’Etranger)

J’ai notamment été saisie de la question de la dématérialisation des demandes de carte handicap et d’anciens combattants pour les Français résidant en Belgique - j’ai interpelé le gouvernement à travers une question écrite à l’AFE. Malheureusement, il n’existe pas encore de possibilité d’effectuer, de l’étranger, une demande de carte d’invalidité, par voie dématérialisée.

L’absence de défenseur des droits accessible aux Français de l’Etranger est également problématique. J’ai également posé la question à l’AFE.

L’Assemblée des Français de l’Etranger à un rôle consultatif - Elle rend des avis, adopte des résolutions, mais ne prend pas de décisions. Cependant, par leur vote, les conseillers prennent position. J’ai ainsi pris position en faveur d’une meilleure information des familles sur les problématiques du handicap en période d’expatriation en 2015 et une meilleure prise en compte par l’AEFE (Agence de l’Enseignement Français à l’Etranger) de la scolarisation des enfants porteurs de handicap dans les lycées français à l’étranger.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page